Articles avec le tag ‘Seconde Guerre mondiale’

La frontière allemande intérieure

Au début des années 1950, l’approche stratégique soviétique consiste à contrôler le mouvement national, de restreindre l’émigration. Les restrictions imposées présentaient un problème pour certains pays de l’Est qui été économiquement plus avancés et ouverts que l’Union soviétique.

Jusqu’en 1952, les frontières entre la RDA et les zones occupées de l’Ouest pouvaient être facilement franchie en plusieurs endroits. Le 1 er avril 1952, les dirigeants de l’Allemagne de l’est ont rencontré le dirigeant soviétique Joseph Staline à Moscou. Au cours des discussions entre les ministres des affaires étrangères de Staline, Viatcheslav Molotov a proposé que les Allemands de l’Est devrait « mettre en place un système de laissez-passer pour les visites des habitants de Berlin-Ouest vers le territoire de Berlin-Est de manière à arrêter la libre circulation des agents de l’Ouest » en RDA. Staline donna son accord, qualifiant la situation «d’intolérable». Il a conseillé aux Allemands de l’Est de renforcer leurs défenses frontalières, en leur disant que «La ligne de démarcation entre l’Est et l’Ouest Allemagne devait être considérée comme une simple frontière, mais plutôt comme une frontière dangereuse … »

Par conséquent, la frontière allemande entre les deux Etats allemands a été fermé, et une clôture de barbelés érigée, c’était le début annoncé du mur de Berlin. La frontière entre les secteurs est et ouest de Berlin, est cependant resté ouverte, alors que le trafic entre l’URSS et les secteurs occidentaux était quelque peu limitée. Cela a abouti à ce que Berlin devienne un eldorado pour les Allemands de l’Est désespéré par la vie en RDA.

En 1955, les Soviétiques ont adopté une loi transférant le contrôle de l’accès des civils à Berlin pour l’Allemagne orientale. L’Allemagne de l’Est par l’intermédiaire de l’ambassadeur soviétique Mikhaïl Pervoukhine fait observer que «la présence à Berlin d’une frontière ouverte et essentiellement non-maîtrisée entre le monde socialiste et capitaliste pousse inconsciemment à la population de faire une comparaison entre les deux parties de la ville, qui malheureusement, ne se passent pas toujours en faveur du coté Est de Berlin. « 

L’émigration vers l’Ouest dans les années 1950

Après l’occupation soviétique de l’Europe de l’Est à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la majorité de ceux qui vivent dans les zones nouvellement acquise du bloc de l’Est aspiraient à l’indépendance et voulait que les Soviétiques la quitter. Profitant de la frontière avec les zones occupées en Allemagne, le nombre de citoyens de la RDA qui sont passés à l’Ouest  de l’Allemagne ont atteint 197.000 en 1950, 165.000 en 1951, 182.000 en 1952 et 331.000 en 1953. Une des raisons de la forte augmentation des départs de  Berlin en 1953 était la crainte de la potentielle « Sovietisation » de la zone à cause des actions de plus en plus offensives de Staline à la fin 1952 et début 1953. 226.000 personnes ont fuit dans les six premiers mois de 1953 !

Le Bloc de l’Est et le pont aérien de Berlin

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, le dirigeant soviétique Joseph Staline construit une ceinture de protection des nations soviétiques contrôlé depuis sa frontière occidentale, le bloc de l’Est, qui comprenait alors la Pologne, la Hongrie et la Tchécoslovaquie. Dès 1945, Staline a révélé dirigeants communistes allemands qu’il s’attendait à se rapprocher lentement de la position de la zone d’occupation britannique, en jouant que le fait que les États-Unis se retireraient d’ici un an ou deux, et alors que rien ne ferait obstacle à la voie d’une Allemagne unie sous contrôle communiste.

En 1948, suite à des divergences en matière de reconstruction et d’une nouvelle monnaie allemande, Staline a institué le blocus de Berlin, empêchant les aliments, matières et fournitures d’arriver à Berlin-Ouest. Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, le Canada, l’Australie, et la Nouvelle Zélande ont commencé  à créer un  «pont aérien» sur la ville de Berlin, en fournissant à Berlin-Ouest de la nourriture et toutes sortes d’autres fournitures. Les Soviétiques ont alors monté une campagne de relations publiques contre le changement de la politique occidentale et les communistes ont tenté de perturber les élections de 1948, tandis que 300.000 Berlinois survivait grâce au transport aérien international mis en place. En Mai 1949, Staline a finalement levé le blocus, permettant la reprise des expéditions de l’Ouest à Berlin.

La République Démocratique Allemande (RDA, Allemagne de l’Est) a été est créée le 7 octobre 1949 par l’URSS à partir de territoires qu’elle occupait en Allemagne, dont Berlin-Est, en réponse à la transformation de la trizone en République Fédérale d’Allemagne (RFA, Allemagne de l’Ouest) par les puissances occupantes occidentales. L’Allemagne de l’Est s’est développée sous l’influence de pays capitaliste occidentaux avec une économie sociale de marché («Soziale Marktwirtschaft » en allemand) et une démocratie parlementaire gérée avec un gouvernement. La croissance économique soutenue dans les années 1950 a alimenté pendant 20 ans le «miracle économique». Alors que l’économie de l’Ouest de l’Allemagne a grandi et son niveau de vie sans cesse améliorée, de nombreux Allemands de l’Est désireuses de s’installer en Allemagne de l’Ouest.

La situation de l’Allemagne aprés la guerre 39-45

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, ce qui restait du régime nazi en Allemagne de l’Ouest de la ligne Oder-Neisse a été divisé en quatre zones d’occupation (par l’Accord de Potsdam), chacune étant contrôlée par l’une des quatre puissances d’occupation alliées: les Américains, britanniques, françaises et l’Union soviétique. La capitale, Berlin, comme le siège du Conseil de contrôle allié, fut également divisée en quatre secteurs, malgré le fait que la ville de Berlin soit située en profondeur dans la zone soviétique. Mais à ce moment là personne ne pouvait présager de la construction du Mur de Berlin. Dans les deux ans qui suivirent, les divisions de points de vue se succédaient entre les Soviétiques et les autres puissances d’occupation. La Grande-Bretagne, la France, les Etats-Unis et les pays du Benelux ont ensuite tenté de regrouper les zones non-soviétiques du pays en une zone de reconstruction et de lancer la prolongation du Plan Marshall pour la reconstruction de l’Europe et de l’Allemagne.